la réforme « reste sur la table » …

Retraites : la réforme « reste sur la table », mais n’est « pas en haut de la pile », assure Gabriel Attal

Pour le porte-parole du gouvernement, il n’est pas question de mettre sur pause les réformes souhaitées par le gouvernement, au motif que l’élection présidentielle se profile.

« Il n’a jamais été question d’enterrer » la réforme des retraites, mais « il y a une décision à prendre » sur le calendrier, a admis vendredi 28 mai sur franceinfo Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement. La réforme « reste sur la table », mais n’est « pas en haut de la pile en ce moment », a-t-il déclaré, alors que Laurent Berger, le secrétaire général de la CFDT, a assuré jeudi sur franceinfo qu’on n’avait pas « le temps de faire » une réforme « qualitative » avant l’élection présidentielle de 2022.

« Il y a un arbitrage qui devra être rendu, qui est un arbitrage politique, mais qui est aussi un arbitrage relatif à la vie du pays », a expliqué le porte-parole du gouvernement avant de s’interroger à haute voix : « Est-ce qu’on peut considérer qu’il faut mettre le pays sur pause pendant huit mois sous prétexte qu’il a une élection présidentielle ? »

Des réformes pour « travailler à la reconstruction »

Selon lui, la crise sanitaire « est derrière nous ». Cet été, « tous les pays du monde vont se lancer dans une bataille, une course à la reconstruction, à la relance pour capter les nouveaux investissements, pour être ceux qui rebondissent le plus vite et le plus fort ». La plupart des pays vont « faire des réformes précisément pour travailler à cette reconstruction », selon Gabriel Attal.

Avant la crise liée au Covid-19, le gouvernement avait fait le « constat qu’il fallait une réforme des retraites, à la fois parce qu’il faut préserver notre système par répartition, ensuite parce qu’il y a probablement des mesures d’équité à prendre aussi ». Gabriel Attal estime que la crise sanitaire n’a pas invalidé ce constat : « On ne peut pas dire que les équilibres de nos comptes, et notamment de nos comptes sociaux et de notre système de retraite, aient été renforcés par la crise sanitaire, au contraire. »

Imprimer cet article Télécharger cet article