Cheminots, fonctionnaires, étudiants… qui se mobilise et pourquoi ?

Alors que les journées d’action et les grèves se multiplient la CGT et Solidaires organisent des manifestations interprofessionnelles partout en France. Tour d’horizon des secteurs d’activité concernés et des revendications.

 

Les cheminots, les fonctionnaires, les personnels soignants des Ehpad, les étudiants … la CGT et Solidaires appellent à une mobilisation nationale et interprofessionnelle sous le mot d’ordre « Convergence des luttes ! » Plusieurs manifestations sont organisées en France, dans le Poitou, la Manche, le Loiret ou encore en Auvergne  …

Les cheminots toujours mobilisés contre la réforme SNCF

Les cheminots, qui contestent la réforme ferroviaire et la remise en cause à venir de leur statut, ont entamé leur quatrième épisode de grève (deux jours sur cinq) mercredi. Le taux de participation à la grève est de 22,73 % ce jeudi contre 19,84 % mercredi, selon un communiqué de la SNCF. 66,4 % des conducteurs sont en grève ce jeudi contre 60 % ce mercredi.

Le trafic est donc toujours perturbé ce jeudi. Alors que le projet de loi a été largement adopté mardi à l’Assemblée nationale, la confédération syndicale compte sur cette journée de mobilisation pour prouver que le mouvement ne s’essouffle pas.

Les employés de la RATP solidaires des cheminots

Pour soutenir leurs collègues cheminots qui luttent contre la réforme de la SNCF, mais aussi contre les problèmes d’effectifs et la perspective d’une privatisation de la RATP, quatre syndicats de la compagnie de transports en commun parisiens appellent à la grève.

La CGT, premier syndicat de la RATP, appelle à cesser le travail jusqu’à samedi 7h00 et précise que « des assemblées générales seront organisées pour que les agents puissent décider collectivement des suites à donner au mouvement social ». L’Unsa , Sud et FO ont également déposé un préavis de grève.

Selon la RATP, le trafic sera perturbé sur la ligne B du RER, avec un train sur deux et un changement de train nécessaire en gare du Nord pour accéder à la zone SNCF. Sur la ligne A du RER, trois trains sur quatre sont prévus (un sur deux sur la branche Cergy-Poissy, exploitée par la SNCF). Le trafic sera en revanche « normal » dans les métros et les tramways, « quasi normal » dans les bus, selon la régie. Toutes les prévisions ici.

Les électriciens et gaziers contre les entreprises qui licencient

La CGT Mines-énergie invite ses adhérents, électriciens et gaziers, à venir grossir les cortèges des cheminots et à mener diverses actions. Le syndicat prévoit notamment « des basculements d’heures pleines en heures creuses dans les grandes villes, le rétablissement de l’énergie pour les familles victimes d’impayés et des baisses de charge dans les centrales de production d’électricité. »

La centrale compte également de couper le courant dans les entreprises « qui licencient » ou « criminalisent les grèves ». Le groupe Carrefour est plus particulièrement visé. Le préavis de grève déposé par la CGT Mines-énergie s’étend jusqu’au 28 juin.

Les fonctionnaires pour leur pouvoir d’achat

Les fonctionnaires, qui préparent une deuxième journée de mobilisation unitaire le 22 mai après celle du 10 octobre, sont également appelés à se joindre à la mobilisation nationale pour la défense de leur statut et de leur pouvoir d’achat.

Hôpitaux et Ehpad mobilisés

La grogne monte également dans le secteur de la santé, notamment dans les maisons de retraite médicalisées (Ehpad) et certains hôpitaux.

Écoles et crèches perturbées

Le mouvement affecte aussi certaines crèches et écoles, où l’accueil des enfants ne sera pas toujours assuré. Les agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles (ATSEM) sont également appelés à la grève. À Amiens, cinq des 56 cantines scolaires seront fermées.

Les facteurs et l’audiovisuel public mobilisés

Des débrayages sont également prévus à La Poste, et dans l’audiovisuel public (France Télévisions, Radio France).

Les étudiants opposés à la « sélection »

La Coordination nationale étudiante et l’Union des Etudiants Communistes appellent les étudiants opposés à la loi ORE (Orientation et réussite des étudiants), accusée d’instaurer la « sélection » à l’entrée à l’université, à se joindre aux manifestations organisées ce jeudi.

Ce mercredi, quatre universités sur environ 70 étaient toujours totalement bloquées.

Le personnel d’Air France pour une hausse des salaires

Les salariés d’Air France ont observé mardi et mercredi leurs huitième et neuvième jours de grève depuis février. Les syndicats qui réclamaient initialement 6 % d’augmentation de salaire ont ramené leur revendication à 5,1 % lundi. La compagnie aérienne a proposé lundi soir un projet d’accord final prévoyant une augmentation de 2 % immédiatement et une hausse de 5 % sur trois ans. La proposition est soumise à signature jusqu’à vendredi 12h00.

La convergence des luttes souhaitée par la CGT est-elle possible ?

Une mobilisation interprofessionnelle avait également eu lieu le 16 novembre. Point final d’un mouvement infructueux contre la réforme par ordonnances du code du travail, elle avait attiré 80.000 manifestants dans les rues de France, selon la police. Depuis, les cortèges se sont étoffés. Le 22 mars, 323.000 personnes (fonctionnaires et cheminots) ont manifesté selon le ministère de l’Intérieur, « plus de 500.000 » selon la CGT.

« Un lien existe » entre toutes ces mobilisations, a estimé mercredi sur franceinfo Stéphane Sirot, spécialiste des conflits sociaux et du syndicalisme. Pour lui, « ce sont les questions de pouvoir d’achat, les questions de modèle de société, quelle place donner au service public ». Toutefois, il estime qu »« il n’y a pas l’unité syndicale propice à la construction de la convergence et au développement des mouvements sociaux. Et il n’y a pas non plus de prolongement politique ».

Imprimer cet article Télécharger cet article