POUR LE PROGRÈS SOCIAL, LA LUTTE CONTINUE…

Face à la détermination d’Emanuel Macron et son gouvernement de transformer notre société pour l’adapter coûte que coûte aux exigences du capitalisme mondialisé et financiarisé, la mobilisation de toutes et tous doit s’amplifier !

Que l’on soit jeune, privé d’emploi, salarié ou bien retraité, agissons tous ensemble contre la généralisation de la précarité au travail comme dans notre vie quotidienne. C’est bien dans cette logique qu’est attaqué notre code du travail, le statut et les missions
de la fonction publique tout en détruisant simultanément l’ensemble des protections, que cela soit la sécurité sociale, les retraites, le droit à la formation et l’assurance chômage. Rien ne justifie ces régressions sociales, si ce n’est l’augmentation des profits des actionnaires. Quand un gouvernement décide unilatéralement d’amplifier les cadeaux fiscaux aux plus riches et l’exonération de cotisations au patronat, il s’agit bien de choix politiques et non d’un manque de moyens.Aucun retraité, jeune, privé d’emploi, salarié du privé ou du public n’est épargné.

TOUS ENSEMBLE, ON PEUT GAGNER
Pour en finir avec ces politiques au service de la seule finance, pour la défense et la
conquête de droits nouveaux, pour le progrès social,
LA CGT EXIGE
 Le retrait des ordonnances Macron/Medef
 L’abrogation de la loi TRAVAIL
LA CGT PROPOSE
 L’Inscription dans la constitution du principe de faveur et le respect de la
hiérarchie des normes afin que la négociation collective redevienne une
négociation d’acquisition et non de régression soumise au chantage à
l’emploi.
 L’augmentation des salaires et des pensions, avec un smic et un minimum de
pension à 1800 euros bruts ainsi que la revalorisation automatique des grilles
de salaire à chacune des augmentations du Smic.
 Une égalité salariale entre les femmes et les hommes : A travail égal, salaire
égal !
 La simplification du contrat de travail par la généralisation du CDI.
 Le maintien et le développement de la Sécurité sociale, financée par le
travail à travers les cotisations sociales.
 La réduction du temps de travail à 32 heures.
 Un nouveau statut du travail salarié, comportant un ensemble de droits
transposable d’une entreprise à une autre et une sécurité sociale
professionnelle appuyée notamment par une refonte des cotisations sociales
patronales.
En lien avec les revendications qui s’expriment sur les lieux de travail et à partir des réalités vécues,
dans chaque entreprise, chaque service, la CGT vous invite à décider collectivement de l’action et
sa forme.

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.